Pourtant, le postulat de base est : j'adore Noël !
Ou, du moins, j'ai une vision de Noël bien spécifique : il m'en faut peu pour être heureux comme dirait le philosophe Baloo. Dans l'idéal, j'aimerais un réveillon simple, à 4, avec un repas simple également, des trucs qu'on ne mange pas le reste de l'année pour marquer le coup, mais pas hypercalorique non plus, et avec quelques cadeaux, mais sans dévaliser Toys'R'us. Bref, en un mot comme en cent : sans excès. Tu vois comme je ne suis pas compliquée ! D'ailleurs, B et moi on ne se fait pas de cadeaux ! (ni aux anniversaires, à la St Valentin, etc) Certains nous regardent bizaremment lorsqu'on dit ça, mais on préfère se faire plaisir "sans date fixe". Pourquoi attendre le 25 décembre pour offrir quelque chose et/ou se faire plaisir ? Ou à la limite, avec l'argent économisé, on s'offre des vacances ou une porte de garage.

Et puis tout a coup, tadaaam : la belle-famille arrive, qui est à l'opposé. Chez eux, c'est repas à 3000 kcal le plat - le repas commence le 24 midi et se termine le 25 vers 22h/23h, soit près de 36 heures attablés à enfourner de la nourriture ! Bien sûr, tout est à base de foie gras, de dinde grasse, de fromage gras, je crois que même les légumes et l'eau sont gras. Pour courroner le tout, je ne mange pas de viande, mais tout le monde l'oublie à la première occasion (même au bout de trois ans). Résultat, c'est abondance sur la table, sauf pour moi.

thumbnail_V__2B9B

Là par exemple, c'est mon entrée, puisque je ne mange pas de foie gras. Je sais que j'aime faire des choses simples, mais quand même...

Ensuite, voilà les cadeaux. Un cadeau? Deux cadeaux max? Bah non bien sûr ! Opulence de cadeaux, avalanche de papiers d'emballage, les enfants y jettent à peine un coup d'oeil et passent aux cadeaux suivants ! De quoi me dégoûter : il est où, l'esprit de Noël, où tu sais te contenter du bonheur d'être ensemble ?

D'où mon sentiment, aujourd'hui, d'appréhension quand Noël arrive. Je sais par avance qu'on va juste être assis, manger, manger, encore manger (sauf moi apparemment), puis crouler sous les cadeaux, et tout ça sans plaisir.

Le pire ? C'est que même les cadeaux ont été choisis /achetés/ offerts sans plaisir ! Cette année, la palme du cadeau pourri revient à la marraine de B :

thumbnail_WP_20161225_055

Sérieusement ?

En conclusion, on peut dire que personne n'a eu de plaisir, ni d'un côté ni de l'autre, pendant ces 36-heures-marathon-bouffe-avalée-sans-réfléchir-et-montagne-de-cadeaux-faits-à-la-va-vite.

"Youpi!"

Mais ce qui m'énerve le plus, c'est que, sachant cela, je ne fais que peu de cadeaux à mes enfants, puisqu'ils vont en recevoir 5 tonnes le lendemain. Je dois faire attention à ce que je cuisine le 24 si je ne veux pas que B fasse une crise de foie comme il y a deux ans. A l'inverse, je dois, moi, faire des provisions à l'apéritif parce qu'après c'est diète jusqu'au dessert. Puis je me retrouve le 26 (et le 27, le 28... jusque début janvier) à me casser la tête pour tout ranger, car c'est Verdun dans le salon avec des tranchées de cartons - alors qu'on dit chaque année "un cadeau suffit", tu parles...

Personne ne prend en compte tes opinions, ton régime alimentaire, tes propres goûts... "C'est comme ça!", c'est la tradition et puis c'est tout !
Sauf que moi je n'aime pas les traditions ! Mais à Noël, t'es obligé(e) de te taire, et moi, c'est de plus en plus compliqué chaque année ...

bams