15 avril 2016

J'ai testé pour vous : l'écriture qui fait du bien.

Il y a eu (encore) un échange méchant, pervers, haineux entre Son Altesse Sérénissime - ma belle-soeur - et son sous-fifre - une c*nnasse. Sur ma personne, bien sûr, je suis un sujet de conversation infini apparemment. A nouveau derrière un écran, parce qu'elles sont pas très malines et qu'après tout il ne fallait pas attendre autre chose d'elles.
Et moi qui vois ça avant d'aller me coucher (oui, je sais, on ne devrait pas consulter Facebook avant de plonger dans son lit, ça m'apprendra!), du coup ça commence à cogiter. Heureusement, la semaine dernière, j'ai fini le livre de Béatrice Millêtre, qui décrit parfaitement les gens comme moi (hypersensible, vulnérable, qui pense un peu trop...) et qui dit notamment que les gens en face, qui ne sont pas comme nous, ne PEUVENT pas nous comprendre. Ce n'est pas qu'ils ne veulent pas, qu'ils sont méchants, ou égoïstes, non c'est indépendant de leur volonté. C'est juste PAS POSSIBLE de nous comprendre quoi.
Ce qui me conforte dans le fait que je ne vais pas leur répondre, je ne voulais pas m'abaisser à leur niveau, mais en plus je sais maintenant qu'elles sont des causes perdues. En fait, même avec des schémas, des preuves, des explications rationnelles ou spirituelles, elles resteraient dans leur état d'esprit, parce que c'est ce qu'elles sont et qu'elles ne changeront jamais.

9782228902199

J'ai beau savoir ça, c'est quand même injuste : pourquoi moi? et quand ça s'arrêtera?

Me voilà donc, vers 1h du matin, à me dire qu'écrire un peu ferait du bien - parce que les gens hypersensibles sont des créatifs, tu le savais ça? En référence la liste assez longue d'artistes, chanteurs ou peintres ou écrivains, qui crient leur désespoir dans leurs oeuvres.
Moi aussi, en quelque sorte - peut-être pas au même niveau que Picasso ou Zola - donc je sors le bloc notes et je crée :

"
Deux être de bas-étage, au QI d'étoile de mer,
M'ont pris comme bouc émissaire.
J'ai beau les ignorer,
Elles interprètent mal mon silence, elles pensent gagner.

On ne devrait pas régler ses comptes sur des réseaux sociaux,
Mais là c'en est trop.
Je décide de le faire quand même, c'est certain
- Mais je n'irais pas jusqu'à leur faire des alexandrins.

L'une, apparentée par quelques liens familiaux
(Du moins sur papier, point trop n'en faut)
Ne vit que dans le paraître ;
Elle a besoin d'une cour flatteuse pour être.

L'autre partage le même prénom que moi - quelle audace!
Mais je ne veux pas être mêlée à cette merdasse.
Pour des raisons pratiques, je l'appelle "Connasse"

Elles ont beaucoup de points communs :
Haine, mépris, rancoeur ...
Et du fumier à la place du coeur.

Elles aiment me rabaisser
- ça les rassure -
C'est ce qu'on fait quand on ne sait pas changer
Elles jouent les dures
Oubliant au passage qu'un chaton
Jamais ne s'est transformé en lion.

Petite merde tu es, petite merde tu resteras,
Ce n'est pas en rabaissant les autres que ça changera.

J'attends simplement qu'un jour,
"La toue tourne" comme on dit.

Si elles ne m'aiment pas pour ce que je suis,
C'est que je ne suis pas comme elles, Dieu merci!
- Et c'est le plus beau compliment qu'on puisse me faire.
Elles ne le comprennent pas, c'est leurs affaires."

bams

 

Posté par thebamsfamily à 10:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,