19 septembre 2013

La réforme scolaire de 2013-2014

Cette année, non seulement ma commune n'est pas en retard, mais on est même en tête sur l'application de la réforme scolaire, qui s'appliquera entre septembre 2013 et l'année suivante.

Je t'annonce tout de suite : c'est la merde.

Non seulement on a ajouté le mercredi matin, mais on a changé les horaires, et aussi les salles où je dois récupérer mon enfant.

C'est à dire qu'au lieu de faire 8h30-11h30 puis 13h30-16h30 pendant 4 jours comme avant :
on finit à 11h45 le mercredi
16h15 le vendredi
les Petites Sections peuvent au choix venir à 13h30 ou 14h15 ou 15h15 (selon leur sieste)
les Moyens et Grands peuvent finir à 15h45 ou 16h30 (les TAP ne sont pas obligatoires).

Et si je dépose mon fils dans la salle 9 chaque matin, je le récupére en salle 9 le lundi, 11 la mardi et 8 le jeudi et vendredi.
Parfois j'ai des bugs : (moi au milieu des couloirs) "Quel jour on est déjà? (...) Jeudi... Donc c'est quelle salle le jeudi? 9 ou 8? C'est où, déjà, la 8?"

Bien sûr, il a fallu que la semaine dernière, j'oublie que l'école se terminait à 16h15 le vendredi. J'ai réalisé mon erreur sur la route - donc j'étais en retard - et j'ai couru comme une dératée pour ne pas trouver porte close.
Je m'estime heureuse d'avoir une mémoire bionique, parce que certaines mamans doivent encore consulter le grand tableau (où c'est écrit en tout petit) avec les listes, non pas par classe, mais par activités périscolaires. Donc si t'as oublié que le lundi ton fils fait expression corporelle, tu regardes toutes les listes en espérant trouver le nom de ton enfant assez rapidement.

Mais ça encore, ce n'est pas grave.
Oui, je suis une maman sympa qui est prête à avoir une organisation d'emploi du temps un peu compliquée si, en échange, mes enfants "(ne) subissent (plus) des journées plus longues et plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde". Je n'aimerais pas que l'ancien système soit "source de fatigue et de difficultés scolaires".

Mais établissons un fait : dans 90%* des cas, les parents n'ont pas allégé leur propre emploi du temps. L'enfant se couche à la même heure, et a toujours les mêmes rythmes de sommeil. Ce serait pas plus logique que ce soit les parents qui s'auto-réforment en allégeant les temps de télé au profit du temps de sommeil?
La concentration des enfants pendant la journée? Oui, c'est indispensable aussi. Mais 15 min en moins certains jours changeront-ils la donne? J'ai une autre idée de changement : maintenant qu'on a fait grand cas des rythmes, et si on changeait... les programmes? Des méthodes axées sur un apprentissage "sur le tas" plutôt que hyper théoriques?
Quand c'est plus marrant, on est mieux concentré. CQFD.

2013-09-19 09

Ceci date de l'année dernière, mais on faisait la même chose en 1988.

* Statistiques non-officielles

 

Posté par thebamsfamily à 09:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


13 septembre 2013

Les bonnes résolutions de rentrée.

C'est un peu comme le nouvel an, tu prends un nouveau départ. Tu essayes de faire amende honorable après l'orgie de glaces et de restos cet été. Tu veux rétablir l'équilibre de ta vie après avoir mis au placard tes idéaux pendant deux mois. L'été, tu marches pieds nus sur le carrelage, tu abandonnes un peu ton ménage pour passer du temps avec tes enfants, tu allèges ton maquillage pour que ta peau respire... Et puis en septembre tu te reprends en main pour repartir sur de bonnes bases jusqu'en juin.

Mes trois bonnes résolutions de septembre 2013

* Reprendre le sport là où je l'avais laissé.
Avec deux gnomes qui trainaient continuellement dans mes pattes, je m'imaginais mal faire quelques abdos sans qu'on vienne me demander : "Qu'est-ce que tu fais? Pourquoi tu fais ça? Ça sert à quoi?"
Il y a quelques mois, j'ai découvert un nouveau sport venu tout droit des States, malheureusement pas encore accessible aux Français(es), mais qui m'a tout de suite plu : le Barre 3. Tu utilises une barre de danse classique (mais un plan de travail fait tout aussi bien l'affaire) pour faire des positions inspirées du yoga (en plus rapide et tonique) et de la fitness. Même les débutants-fainéants (je parle de moi) peuvent y arriver. A moi donc les tutos sur Youtube.

http://youtu.be/8NpwDHVUN7Y

* Reprendre la piscine.
Que j'avais abandonnée pendant ma grossesse d'A faute de temps/moyens de faire garder A/autre excuse bidon.
Cette année, maintenant que mes deux enfants vont à l'école toute la journée, je me suis motivée à les inscrire à la cantine le vendredi pour profiter de la piscine municipale. Aujourd'hui, je les laisse pour la première fois (eh oui, jusqu'ici ils n'ont pas connu la cantine, la garderie ou le centre aéré, ils rentraient toujours à la maison!). Ça leur fera beaucoup de bien,j'en suis sûre. Moi je stresse mais j'espère qu'une fois dans l'eau, attention jeu de mot inside, je me laisserais porter par le courant.

242228_zima_-voda_-xolod_-sneg_1920x1200_(www

* Devenir végétarienne.
J'y avais déjà fait allusion : je n'aime pas la viande rouge. Mais depuis quelques jours, je n'ai même plus envie d'en acheter pour les enfants et B...
Ceci dit, je suis encore à mes débuts un peu tâtonnants. J'avais déjà du mal à trouver des idées de repas, vais-je savoir réinventer ma cuisine?

Posté par thebamsfamily à 09:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 août 2013

Ces expressions que toutes mamans utilisent (de trop)

Quand tu deviens maman, tu te transformes, parfois inconsciemment, en automate : donner le bain, changer une couche, essuyer de la purée sur un menton... Et bizarrement, tu te répètes aussi énormément. A tel point que parfois, t'as envie d'enregistrer ta voix pour soulager un peu tes muscles zygomatiques et économiser quelques litres de salive.
Petit tour d'horizon des phrases cultes des mamans (liste non-exhaustive) :

☺ "Fais attention!"
Phrase pouvant induire un "ralentis avec ton vélo", "ne cours pas dans les escaliers" ou, surtout pour ma fille, "ne reste pas collée à moi, je risque de te mettre un coup de coude par inadvertance parce que maman est speed et toi tu ne mesures même pas encore 1 mètre et tu es toujours bizarrement silencieuse à ce moment-là."

☺ "Mange proprement"
Comme un médicament, la posologie de cette phrase est de 3 fois par jour, avant et pendant le repas. Plus la maman en a marre de faire des lessives/enrichir les marques de détachant/repasser, plus elle le répètera. L'homme descent du singe ; les enfants, du cochon.

☺ "Moins de bruit."
Soit mes enfants sont particulièrement bruyants, soit je ne suis pas imperméable aux sons qu'ils émettent. (J'avoue que c'est plutôt la deuxième hypothèse dans mon cas). Du coup, j'ai trouvé cette parade : "Quand tu auras muté en tyrannosaure, tu pourras pousser des cris de tyrannosaure. Pour l'instant tu es un être humain alors tu utilises le langage humain."

☺ Mais c'est pas possiiiiible!"
Le nombre de «i» et de points d'exclamation pouvant varier selon l'heure de la journée, ou pour mettre en emphase mon état de zombie avancé.

**

Petite parenthèse ici pour vous annoncer que nous partons demain, et que ce blog sera en pause. Les BAM'S rechargent leur batterie et reviennent dans une semaine!

Posté par thebamsfamily à 13:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 août 2013

J'ai bientôt 30 ans et je le vis bien

(Mais tant que j'ai 29 ans et 11 mois je prétends encore être dans "dans la vingtaine")

Si tu me connais un peu, tu sais que mes 25 ans sont mal passés, et que mes 26 ans n'étaient guère mieux. Régulièrement, je faisais une pause dans l'année et je m'auto-flagellais : "On est déjà en octobre!? Mais je n'ai rien fait de l'annééée!! C'est pas possiiiible!"

Ça va mieux depuis quelques temps, en fait depuis que j'ai arrêté de compter. Surtout depuis que j'avais atteint les objectifs que je m'étais fixés lors de ma prime jeunesse : Avoir mon chez-moi, check! Des enfants, check! Profiter de vacances, triple check!

Je me souviens qu'avec une copine, que je ne vois plus aujourd'hui pour des raisons que j'expliquerai après, on s'était fait une liste de choses à atteindre pour arriver à être la femme épanouie qu'on espérait être ; des objectifs assez importants ("devenir propriétaire") ou moins ("perdre un ou deux kilos" ou "changer de style de vêtements") mais qui contribuent au final à avoir confiance en soi.

On a fini par arrêter de se parler car je m'étais rendue compte que ses actes n'étaient pas en accord avec ce qu'elle disait ; elle disait par exemple vouloir changer sa garde-robe, on se fait un aprèm shopping et elle préfère acheter quelque chose qui plait à son mec plutôt qu'à elle ; et deux semaines après elle se plaint ne pas aimer la couleur de son nouveau pull et du coup n'avoir rien à se mettre...
Nous nous étions trouvées à une époque où nous étions pareilles, je souhaitais évoluer et soit-disant elle aussi, je croyais qu'à deux on y arriverait... et puis si j'ai réussi, j'ai réalisé en contre-partie qu'elle était trop peu sûre d'elle-même pour s'en sortir.

J'ai donc progressé toute seule - et nos chemins se sont séparés.

Dans un mois, je change de décennie, mais ça ne me perturbe pas. Ce à quoi je pense? Organiser une petite fête.
Je sais que s'il me manquait quelque chose, je ferais peut-être une "crise de la trentaine".
Dès qu'on remet le compteur à zéro, il y a une forte probabilité qu'on se remette en question. Mais si tout va bien ça ne te prendra que quelques brèves secondes, peut-être même inconscientes.

Moi je suis une fille à bilans, à objectifs, à listes de choses à faire, à recul sur le passé pour mieux savoir quoi faire à l'avenir - ce n'est pas toujours facile à vivre quand on n'atteint pas ses objectifs, d'ailleurs. Mais j'ai noté pour plus tard : "apprendre à arrêter de faire des notes pour plus tard".

Objectifs prochains (on ne se refait pas) :
apprendre à laisser couler, à vivre plus sereinement, à s'adapter
transmettre le message à mes enfants

2353785191_small_1

Posté par thebamsfamily à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 juillet 2013

"La Table à Dîner"

Hier soir, nous sommes allés manger au restaurant, et pas n'importe lequel : celui que ma cousine a ouvert en avril dernier! Comme B travaillait toujours, on n'avait jamais encore eu l'occasion d'y aller faire un tour... C'est chose faite!
Tu peux me dire que je ne suis pas très objective, mais c'était succulent!

2013-07-30 20

B a opté pour l'aumônière de chèvre en entrée, et une bavette avec de la purée maison :

2013-07-30 19

2013-07-30 20

Je me suis contentée de la salade composée exotique, afin d'avoir encore de la place pour ma partie préférée du repas, le dessert : un tiramisù toblerone!

2013-07-30 20

2013-07-30 21

Posté par thebamsfamily à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 juillet 2013

Pourquoi je n'aime toujours pas les supermarchés "discount"

Les mentalités ont la vie dure, moi comme tant d'autres, donc tout ce qui est "pas cher" voire même "outrageusement bon marché" = c'est nul.
Un peu comme au rayon vin rouge, quand tu ne connais pas du tout la différence entre du bordeaux et beaujolais, et que tu décides de prendre la bouteille la plus chère, sous prétexte qu'ainsi le vin sera meilleur. Tout le monde sait que ce n'est pas le cas, mais tant que tu ne t'es pas penché(e) sur les années millésimées et le type de vin à boire avec du fromage à pâte dure, tu finis tout de même par prendre la plus chère, à chaque fois.

J'étais dans cet état d'esprit avec les supermarchés discount : je savais que j'allais en avoir pour moins cher, mais que valent les produits? Pas grand chose, selon moi...

Et puis mon supermarché habituel a décidé de faire de grands travaux tout l'été, chamboulant toutes les marchandises. Et c'est ainsi que tu dois jongler entre les palettes dans l'allée centrale, contourner des cartons, demander où se situe le lait.
Mais surtout, certains rayons sont toujours à l'état d'abandon. Et cette semaine, c'était le rayon "chocolat et confiseries" qui avait disparu, attendant qu'on le remette en place. Mais moi, j'ai l'anniversaire d'A dimanche, c'était justement le rayon que je comptais dévaliser, diabétiques s'abstenir.
Ni une ni deux, me voilà en route avec ma liste de courses, à la recherche des denrées disparues, direction le supermarché discount.

Je sais que la mise en rayon est des plus sommaires (tout reste dans les cartons etc) mais ça ne me dérange pas. Après tout, je suis là par défaut, je ne m'attends pas à ce qu'on me propose du thé ou du chocolat à l'entrée, ni un massage des pieds à la caisse.
J'ai tout de même été déroutée par l'organisation du magasin, si tant est qu'il y en ait une, puisque je réfléchis encore avec la logique de la ménagère de moins de 50 ans que je suis ; or, il a fallu batailler pour trouver ce que je voulais, le rayon papier toilette se succédant au rayon yaourts, les jouets de plage au milieu des bouteilles de soda.

Au bout d'un temps conséquent (mais aussi était-ce la première fois que je venais...), je passe en caisse où je suis malheureusement "malmenée" par l'hôtesse de caisse. Elle est polie sans pour autant sourire, elle jette surtout mes affaires comme pour m'expédier, et j'ai à peine le temps de dire "bonne fin de journ..." qu'elle ne m'écoute déjà plus.
En même temps, lorsque je vois le montant sur mon ticket de caisse, je devine que je ne vais pas avoir droit à la formule spéciale VIP, je ne m'en formalise donc pas.

Mis à part quelques produits "de marque" que je connais, et qui sont effectivement un chouïa moins chers, j'ai aussi profité de l'occasion pour acheter deux-trois bricoles discount.
Mais là où le bas blesse, ce sont les produits frais, notamment les fruits et légumes, ainsi que la viande. Là, la qualité n'est pas au rendez-vous... Viande pleine de nerfs, fruits cueillis et vendus avant d'être mûrs, poivrons qui ont le goût d'eau, et j'en passe.

Alors au risque de passer pour une petite fille qui aime son confort, je préfère mettre quelques euros de plus, et avoir de la qualité dans mon assiette. Parce que c'est pas tout ça, mais bien manger c'est soit-disant le début du bonheur!

Posté par thebamsfamily à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2013

Mon fils et le passage anticipé - épisode 2 (avec des vrais morceaux de cynisme à l'intérieur)

Maintenant qu'on a fini juin, qu'on en a terminé avec les fêtes de l'école, les tombolas et la récupération de tous-les-dessins-faits-dans-l'année, parlons administratif.
Il y a quelques temps, (pour lire la première partie c'est ici) on m'a dit que le dossier de passage anticipé de mon fils n'avait pas été traité, comme tous les autres dossiers du secteur, et qu'il avait donc suivi deux classes en une "pour rien".

En discutant un peu avec une autre maman dont son fils devait lui aussi sauter une classe, j'ai appris que son dossier-à-elle avait été traité, accepté et décoré d'un joli tampon ; son fils passe donc au CP. Alors, question à deux mille dollars : pourquoi celui de mon fils n'est-il pas traité? L'inspecteur est-il une grosse feignasse? Et s'il ne traite pas les dossiers, que fait-il tout au long de la journée?

Voilà qu'aujourd'hui j'ai eu le mot final de cette histoire.
(A noter que si j'avais attendu l'Education Nationale, je serais en train de mourir à petit feu. Il a fallu passer par une copine, dont la mère connait machin-truc pour qu'on soit enfin au courant.)

La psychologue scolaire a tout simplement fait passer des tests... non valides.
Ceux d'avant une énième réforme, qui ne servent donc plus à rien.
Les nouveaux formulaires ont sûrement changé de couleur, on a établi une mise en page différente, c'est souligné une fois au lieu de deux (c'est l'heure des économies au ministère) ; mais qu'importe, pour avoir changé quelques feuilles, les tests de mon fils ont été jugés irrecevables, puisque ce n'est plus le même système de comparaison.

526x297-0nM"Pour le formulaire B47-1K32, repassez l'année prochaine... si ça n'a pas changé encore entre temps..."

Posté par thebamsfamily à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2013

Souvenirs de bac et conseils utiles

bac-2012

Certes, le bac c'était il y a 12 ans pour moi, mais ce qui va suivre est encore furieusement d'actualité.

Dans la catégorie "peut mieux faire" :

* Les maths. A l'époque, pour la série L, on passait une "épreuve scientifique" où l'une des matières, maths physique-chimie ou SVT, était tirée au sort trois semaines avant. Comme les sciences au niveau L c'est du pipi de chat, je n'ai jamais eu peur - sauf SVT parce que le prof avait été souvent absent et qu'on avait pas fini le programme. En tout cas, quand on a tiré "maths" j'ai rigolé, j'avais 19-20 tout au long de l'année.
SAUF QUE. Je suis allée trop vite et j'ai omis de justifier certaines de mes réponses. Résultat je n'ai eu "que" 14.
Petit conseil : Si tu finis ton épreuve largement en avance, dis toi qu'il y a un souci. Souviens-toi que les profs de maths ont toujours aimé compliquer les choses.

* L'anglais (LV1). J'ai toujours aimé l'anglais, j'ai toujours eu de magnifiques notes en anglais, j'allais m'orienter vers une fac d'anglais... J'y vais en touriste donc. Je chante "Holidayyyys" tout au long de l'épreuve.
SAUF QUE. Exceptionnellement, pour ce texte-là, il y avait plein de vocabulaire dont j'ignorais l'existence. Pour le passage "traduction", j'ai eu un gros souci. Il y avait notamment le mot "wasp" que je connaissais, mais impossible de me rappeler ce que ça signifiait... J'ai sûrement eu une trad' fantaisiste, car je n'ai eu "que" 12. Et puis rentrée chez moi, alors que j'explique le problème à mes parents, mon père me sort, le plus naturellement du monde, que ça signifie "guêpe". Trois secondes de "Ah mais ouiiii" suivi de cinq secondes de "pfff j'suis bête..." encore suivi d'un déclic "mais comment tu sais ça, t'as jamais fait anglais??". Et bien ce jour-là, j'ai appris qu'il y avait une équipe de rugby de Londres qui s'appellait les WASPS et dont l'emblème est une guêpe...
Petit conseil : mets-toi au rugby, tout simplement.

Dans la catégorie "je m'y attendais" :

* Le sport. Fallait pas s'attendre à ce que moi, nullité sportive, néant de l'effort, sous-fifre de la puissance musculaire, je me tape une bonne note en n'en faisant pas une. Heureusement que c'était un contrôle continu et que j'arrivais à bien placer les balises sur la carte lors des courses d'orientation: hop, 12, ça passe.
Petit conseil : Tu peux t'entrainer à la course d'orientation dans les magasins. C'est bientôt les soldes, en plus.

* L'espagnol (LV2). Le prof était très gentil, trop gentil, trop trop trop gentil. Et certains mettaient les pieds sur la table et écoutaient leur Walkman. Et le programme était très chiant (qui aime étudier la géograhie et la démographie de tous les pays d'Amérique Centrale et du Sud?). J'ai bossé pour avoir la moyenne (parce que si je le repassais à l'oral j'étais dans la merde. Enfin, la mierda plutôt). J'ai eu 11 : ¡Felicitationes!
Petit conseil : On apprend tout aussi bien sûr place, donc pars au Mexique, ou fais des soirées tequila. ¡Caramba!

* Le français. Oui, j'ai honte, quand on fait L on est censé lire tout le temps ; mais ça ce sont des préjugés de S. En réalité, je ne voyais pas forcément les mêmes choses que ma prof. Mon 09 (aïe coeff 5) m'a fait partir du mauvais pied.
Petit conseil : Il y a juste du sexe partout. Si si, même chez Molière-le-prude. Et si y'en a pas c'est que l'auteur est frustré, et c'est bien connu : moins on en parle...

* L'histoire-géo. C'est simple, mon prof nous avait saoûlé avec ça : ce sera l'histoire en majeure! Alors le programme d'histoire, je le connaissais sur le bout des doigts. Et puis le jour J c'est tombé avec géo en majeure. La géo... ce truc que j'avais survolé en me disant que je n'allais qu'apprendre les cartes, parce que le reste... Bon, 10 quand même, l'honneur est sauf.
Petit conseil : les cartes, les plans... Je reviens à mon idée de s'entrainer à placer les rayons accessoires et chemisers sur le plan de H&M, parce que c'est quand même une p*tain d'idée. Et puis, c'est bientôt les soldes.

Dans la catégorie "waouh" :

* L'italien (LV3). Je crois que j'ai des origines bien cachées. Ma peau n'a pas assimilée le côté bronzage mais mon ventre a compris l'importance des pâtes et de la pizza. Et puis je parle vite dès que je suis stressée, ce qui a dû paraitre normal à la prof : 18.
Petit conseil : une fois que tu seras remis de la soirée tequila, tu peux enchainer sur l'asti et les vins rosés. Avec de l'alcool on parle toutes les langues.

* Les lettres (épreuve spécifique aux L). On avait étudié Queneau (que j'adore) et Stephan Zweig (que j'adore) et puis un troisième que je n'ai pas aimé, et qui finalement a été tiré au sort : Tristan et Yseult. Or, ce roman, si on peut appeler ça comme ça parce qu'il n'est même pas complet, il m'a gonflé avec son histoire d'amour bidon. Soyons lucide : c'est un mariage arrangé, Yseult se drogue pour supporter ça, tristan en profite et on pourrait presque parler de viol. Donc à la question "Tristan et Yseult s'aiment-ils vraiment?", je me suis fait un plaisir de démonter le livre. Ça a plu : 15.
Petit conseil : tu vois, en français j'avais été sympa, ça n'a pas été un vrai succès. Un an après, je critique et je parle de sexe, ils adorent. Il n'y a pas que les profs de maths qui compliquent tout, les profs de français aussi.

* La philo. Ce truc que tu ne comprends toujours pas même après 9 mois de monologue du prof. Ce truc que t'arrives pas à réviser parce que tu comprends très vite que ce que tu vas dire peut être quitte ou double. Ce truc qui est coeff 7 en L et qui décide de ton avenir. "Tout pouvoir s'accompagne t-il de violence?" : oui, peut-être, ou alors non, enfin pas sûr, faut voir... Waouh, très belle réponse de Normand! Tu auras 11 (la seule et unique fois de ma vie où j'ai eu la moyenne!)
Petit conseil : il y en a certains qui ont fait de cette instabilité leur vie, et qui sont même devenus célèbre (Rousseau, Kant, Platon...). Fais du name-dropping.

Dernier conseil avant la route : no stress! De toute façon, ils le donnent, le bac.

 

Posté par thebamsfamily à 11:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 juin 2013

Comment faire taire des "langues de vipères"?

Vaste question qui nécessiterait d'être au bac philo... "Vous avez quatre heures!" "Ah non! Une vie entière ne serait pas de refus!"

Qu'est-ce que langue de vipère pour commencer? (aussi appelées "langue de p...", ce qui qualifie très bien leur mentalité) :
C'est une personne qui prend un malin plaisir à dire des choses le plus souvent infondées (car tout est le fruit de leur imagination, qui est, on s'en doute, assez limitée) à d'autres personnes qui ne sont pas concernées, mais qui semblent très intéressées (et qui souvent "gobent" les rumeurs comme des tic-tac). Souvent aussi assimilées à des c***asses, les langues de vipère ont la particularité à ne jamais se remettre en question. Ainsi, lorsque la vérité refait surface (ce qui peut prendre des années, il faut l'avouer), elles ont la fâcheuse tendance à se défiler par la suite, et prétendre que ce n'est pas de leur faute. Pour certaines, elles sont même de pauvres victimes, limite des martyres.

Pourquoi font-elles cela?
Les scientifiques se penchent toujours sur le sujet.
Certains (et je fais partie de ceux-là) pensent qu'elles ont une vie triste à mourir, mais au lieu de résoudre leurs propres problèmes, elles préfèrent se pencher sur ceux des autres (quitte à les inventer s'ils n'existent pas). Ainsi, pas la peine de s'auto-analyser - trop difficile - de chercher des solutions - ça leur fait trop peur - ou d'ouvrir les yeux sur leurs conditions de vie - trop effrayant - elles reluquent sur ce qui se passe chez le voisin, font un Sahara d'un grain de sable, en font l'écho dans tout le voisinage, rigolent, se sentent mieux, et n'ont plus le temps de penser à leurs problèmes.

Non mais sérieusement, elles ne sont pas pathétiques, là?
Oui, mais en même temps, ce sont des langues de vipères, il faut s'attendre à tout avec ce genre-là.

Comment les reconnait-on?
C'est très simple, la langue de vipèretude est souvent associée à un très haut taux d'hypocrisie.
Ajoute à ça un fort degré de curiosité, et un QI d'étoile de mer, ça te brosse déjà le plus gros du tableau.
Tu pourrais me rétorquer qu'il est difficile de décerner tout cela aux premier abord, mais ne t'inquiète pas outre-mesure : il ne te faudra pas longtemps pour t'en rendre compte.

179755_347283165398426_1401028107_n



Comment faire pour les éviter?
Il y a deux solutions : soit tu construis un bunker avec un stock de DVD et de boites de corned-beef pour les prochaines décennies ; soit tu prends la première fusée en partance pour Saturne et tu restes en orbite pour les prochaines décennies.

Je reformule la question alors : comment faire pour réfrenner ses envies de meurtre lorsqu'on en croise?
Tu peux les prendre entre quatre yeux et le faire à la façon Orangina : "Mais pourquoiii tu fais ça, pourquoiiiiii??" mais tu n'auras pas vraiment de réponse. N'oublie pas, elles ne te parlent jamais ouvertement tous les jours de l'année, alors pourquoi elles le feraient maintenant?
Lorsque quelque chose te met en colère, c'est que tu te sens vexé ou blessé? La langue de vipère a donc appuyé sur ton talon d'Achille, ta petite faiblesse? Alors je te conseille de travailler sur ce(s) point(s). Tu te rendras vite compte que les langues de vipère vont vite se détourner de toi, puisqu'il n'y a plus grand chose d'intéressant à dire sur toi.
Et puis je finirai sur cette citation : "La meilleure revanche, c'est de les ignorer et d'être heureux à la place".

548907_10151396178741429_1121098904_n

* Article écrit au féminin, mais qui touche tout le monde

Posté par thebamsfamily à 16:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 juin 2013

Petit coup de gueule du jour : l'éducation nationale!

En septembre 2012, la maitresse de mon fils me convoque pour discuter de son cas : il faut dire qu'il sait bien se débrouiller dans la lecture, et que le programme de Moyenne Section lui serait trop simple... (Joie, fierté, orgueil, danse de la victoire pour ma part...).
Après quelques tests pédagogiques - qui montrent qu'il est apte à passer en Grande Section - et un test psychologique - qui n'a montré aucune névrose, tout va bien - mon fils passe donc en classe supérieure, ce qui était simple à faire puisqu'il s'agit d'une classe de Moyens/Grands, il n'a pas eu de changement majeur. Il garde ses copains, il reste avec la même maitresse, c'est la belle vie.

Le dossier est monté pour la validation par Monsieur l'Inspecteur de l'Education Nationale, il suffit de sa signature. Je demande au moins 5 ou 6 fois : "Mais c'est sûr, il saute une classe?" tellement ça me paraissait trop beau pour être vrai. "Mais oui bien sûr, fingers-in-the-nose!" L'inspecteur, c'est juste pour le côté officiel - on pourrait presque s'en passer, mais ça fait bien d'avoir son accord pour principe.

Ni une, ni deux, mon fils suit le programme des Grands. Et il s'en sort haut la main, d'ailleurs.

Et puis voilà qu'un peu avant Noël (il leur a fallu deux mois pour réagir!), on m'annonce qu'il y aura un nouveau test pédagogique en fin d'année, afin d'être vraiment sûrs et certains de ne pas lui faire passer une classe maintenant  mais pour le retrouver en échec scolaire d'ici quelques années.
Certes, je comprends le principe, mieux vaut être bien sûrs que pas assez. Le seul bémol, c'est qu'on avait bien insisté sur le côté décoratif limite sans utilité de l'inspecteur, et qu'au final il met quand même son grain de sel dans les dossiers! On ne pouvait pas me le dire tout de suite?

Au mois de mai, je redemande des nouvelles du dossier, après 5 mois de stand-by.
"Ils sont occupés" : c'est l'heure des dossiers "classiques", les passages anticipés passeront après.
Très bien.

Fin mai, l'académie ne répond plus. Les discours sont vagues : "dossier en cours... pas de date... on verra..."

Début juin, je re-re-relance. Et là que m'apprend-on? : "Les dossiers ne seront pas traités".
C'est à dire que tous les dossiers qui nécessitent un minimum de paperasse (les redoublements et les passages anticipés) ont été annulés : ceux qui devaient redoubler passent tout de même ; ceux qui devaient passer une classe comme mon fils continuent leur parcours scolaire comme si de rien n'était.

Je dois donc expliquer à mon fils (qui, au cours de l'année, a appris à lire de mieux en mieux!) qu'il a fait deux années en une "pour rien" et qu'en septembre, il recommence le programme de Grande Section, qu'il connait par coeur. Parce que vus ces bulletins, il a de très bons résultats, mais qu'à cause de l'Education Nationale, il n'est qu'un "dossier", dossier mis de côté qui plus est, parce que quoi? On ne sait pas...
Nous n'avons eu aucune explication, l'académie fait semblant qu'il ne s'est rien passé, et les coups de fil sont sans réponse.

A l'école - la maitresse était aussi désolée que moi - on me dit que c'est politique. Moi je crois que sous couvert de "on n'a pas assez de personnel" on laisse tomber les élèves.

Ceux qui devaient redoubler et qui passent doivent être contents à l'heure actuelle : mais que va t-il advenir d'eux?
Ceux qui devaient passer une classe sont déçus - écoeurée pour ma part - mais je ne doute pas qu'ils s'en sortiront dans la vie. Sauf bien sûr qu'ils n'auront plus confiance dans le système français, qui est, c'est le moins qu'on puisse dire, pourri!

Posté par thebamsfamily à 21:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]