24 novembre 2015

L'article feel good

En ces temps moroses, de quoi avons-nous besoin pour nous remonter le moral ?

○ De nourriture bien grasse :

WP_20151121_003

WP_20151123_001

Parce qu'en plus avec les températures négatives, il faut conserver notre petite couche de graisse protectrice...

○ De penser à Noël :

WP_20151120_001

Je ne sais pas si cette année on a été fous ou prévoyants !? Et pour éviter que deux petits curieux n'aillent fouiner dans notre chambre, c'est déjà emballé.

○ De faire quelques projets :

- Anniversaire de B vendredi, fêté ce week-end avec une fondue savoyarde.
- Journée à Béthune le 4 décembre, lèche-vitrine au programme!
- St Nicolas, sapin et brioche le 6 décembre.
- Un autre repas d'anniversaire de B le 13 décembre.
- Encore un autre le 19 [Si je ne rentre plus dans mes jeans, ça me fera une bonne excuse pour faire les soldes!]
- Et on enchaine sur la fin d'année ;-)

bams

Posté par thebamsfamily à 11:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


06 octobre 2015

Mais à quoi sert l'hypocrisie?

Vraiment, je ne les comprends pas : ces gens qui te sourient, te disent bonjour et qui te parlent comme si de rien n'était, puis qui te critiquent et se moquent de toi dès que tu as le dos tourné... A quoi ça leur sert? Pourquoi ont-ils besoin de se faire bien voir par quelqu'un qu'ils n'apprécient pas? Ce ne serait pas plus simple, dans le cas où tu ne sens pas d'atomes crochus avec une ou plusieurs personnes, de garder le minimum syndical (du style dire bonjour devant la machine à café) et de passer outre? Et de vivre tranquillement, en laissant les autres vivre tranquillement aussi?

Vraiment, cette espèce hybride mi-copain/copine mi-Machiavel me laisse perplexe.
Ce n'est pourtant pas faute de les observer, de les analyser et de chercher à comprendre les tenants et aboutissants de leur hypocrisie. Le "manque de confiance en eux" étant la seule solution à mon analyse (pas très poussée vu que je ne suis pas psy).

Ça fait presque 10 ans que je suis avec Chéri et donc une décennie que je fréquente ma chère belle-famille [L'appli-qui-me-sert-à-rien me dit qu'on fêtera nos 10 ans dans 95 jours]. Depuis tout ce temps, je devrais être habituée à leurs comportements et pourtant, c'est toujours surprenant (et désopilant) de constater qu'ils ne s'aiment pas et se flattent quand même.
Moi j'ai comme une petite lumière rouge qui s'allume dans toutes les parties de mon cerveau, quand on me complimente, et qui me disent "Attention Danger! Hypocrites droit devant! Ne pas écouter! N'oublie pas qu'on a énormément dit dans ton dos et que c'est sûrement encore le cas!"

Je comprendrais qu'ils soient polis, qu'ils gardent un minimum de diplomatie, mais pourquoi en arriver au point de me complimenter sur ma jupe avec un sourire mielleux?

11705187_1141217149227632_7566136258838666311_n

Ma belle-soeur, que j'appelle ironiquement "Son Altesse Sérénissime" tant son égo ferait de l'ombre à l'Everest, est passée championne dans sa catégorie poids lourd.

C'est bien simple : elle ne m'a jamais aimée... Comme tous les gens égoïstes, elle ne sait pas écouter les autres, apprendre de leurs différences, et les accepter. Si tu n'es pas "elle" alors t'es con, tout simplement. Donc dès le début, j'étais conne, voilà c'est aussi simple, moi qui me suis demandée ce que j'avais fait, en fait la réponse est "rien". Je suis Moi, j'ai d'autres goûts, d'autres opinions, c'était fichu d'avance.

On aurait pu en rester là, non? On se serait vues dans les repas de belle-famille, on se serait dit bonjour, et l'indifférence aurait fait le reste. Après tout, j'ai vécu au moins 25 ans sans elle et je me suis bien débrouillée, et je peux vivre encore de nombreuses années sans la voir, je suis plutôt indépendante en plus, je sais prendre des décisions sans son avis.

Sauf qu'elle nous a invités, elle nous a beaucoup parlé, elle voulait donner un coup de main, elle prenait des nouvelles ... et en contrepartie elle me critiquait (notamment sur Facebook sans avoir réalisé qu'avec les mauvais paramètres de confidentialité je pouvais le voir). Puis, elle a pris du galon (et suffisamment d'auto-suffisance pour croire que je ne comprendrai pas) et s'est moqué de moi sur son profil à la vue de tous, mais sans citer mon nom.

[Je trouve que c'est limite une insulte à mon intelligence]

Sauf que je continue à la voir malheureusement. B arrive à lui parler normalement, il dit qu'avec son travail, véritable nid d'hypocrites, il a l'habitude. Et puis il veut garder contact avec leur deuxième fils, son filleul. Mais quant à moi, c'est physiquement, mentalement, et intrinsèquement impossible d'être hypocrite [Attention, question philosophique inside : si tu parles comme si de rien n'était à un hypocrite, n'est-ce pas devenir hypocrite soi-même?]
Dimanche, donc, j'ai réussi à lui dire bonjour et au revoir, mais j'ai aussi utilisé mes nombreuses ressources pour ne pas la regarder, ne pas lui parler, être placée stratégiquement à l'opposé d'elle à table, l'ignorer donc en tout point. J'ai d'ailleurs réalisé que j'étais super forte à ce "jeu"-là! Du lendemain matin, elle me virait de Facebook - mais B est encore "sauvé" de sa liste d"amis", je prévois donc que ses attaques sournoises à mon égard prendront une tournure plus vindicative ... ou pas.

bams

 

Posté par thebamsfamily à 10:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 septembre 2015

Ces êtres hypersensibles :

Ce sujet me touche beaucoup, puisque je le suis, et j'ai deux enfants hypersensibles également :)

Vrai cadeau ou cadeau empoisonné? ... Va savoir, pour moi la frontière est mince et je/on la franchis/t plusieurs fois par jour.

Les êtres hypersensibles, hyperémotifs, sont doués pour percevoir les expressions du visage, les tics, la gestuelle, les non-dits, tous ces petits trucs qu'une personne lambda ne percevra pas [Les gens ont plutôt tendance à écouter ce qu'on dit, pas ce qu'on ne dit pas!], et sont doués d'empathie et de compassion ; ils savent se mettre à la place de l'autre, comprendre leurs états d'âme, souffrir à la place de l'autre aussi. Les larmes montent facilement aux yeux devant les couchers de soleil, les bébés, les animaux, l'art, la poésie...

Parce que les hypersensibles captent tout.

Point négatif de l'histoire : les hypersensibles captent tout. Oui, tout, même la noirceur du monde.

Des fois, c'est dur, on a affaire à des gens qui sont violents, méchants, qui critiquent, qui sont égoïstes... et c'est tellement pas nous, tout ça, qu'à chaque fois, ces sentiments négatifs nous reviennent en pleine figure comme une gifle.

On est p'têt aussi un p'tit peu naïfs sur les bords... On est là, tout gentil, on a nos lunettes spéciales qui nous font voir la vie en rose, et on se dit à chaque fois que la personne en face pense et sent la même chose... et l'individualité et l'égoïsme des gens nous prend à nouveau par surprise.

Tout ça me fatigue, je comprends rarement ces gens qui gravitent autour de moi mais qui sont si différents ; ce qui explique le fait que je ne parle pas beaucoup, je préfère lire, être au calme, seule, je demande souvent aux enfants de baisser le volume sonore de la télé, de ne pas crier, etc ; parce que tout bruit est une aggression!
Malheureusement, notre civilisation pense que pour réussir dans ce monde, dans cette jungle, il faut écraser quelques orteils, ne pas faire dans les sentiments, montrer qu'on est "fort". Je pense à mon fils, qui du haut de ses 7 ans et demis, s'est déjà fait avoir plusieurs fois :
* L'année dernière, il avait accepté de jouer avec un garçon de sa classe qui pleurnichait de ne pas avoir de copains. Sauf qu'au jeu du loup, ce garçon avait perdu et il a balancé un coup de pied dans le tibia de S en l'accusant de tricherie...
* Plusieurs fois, S n'a pas pu aller aux toilettes car certains s'amusent à bloquer les plus petits [Comme c'est intelligent...] Et quand il le dit à la maitresse, elle lui répond qu'il doit y aller dès le début de la récré, pas à la fin...
* Un grand de CE2, la semaine dernière, lui propose d'échanger ses biscuits contre ses bonbons et S accepte... Il donne ses biscuits, mais n'a rien en retour. Je retrouve un S en colère, puis déprimé [C'est le drame de sa vie cette histoire!] qui préfère se punir lui-même ["C'est bien fait pour moi, j'avais qu'à pas lui donner mes biscuits, à partir d'aujourd'hui je prendrai plus de goûter comme ça on me volera plus rien"...] Heureusement on parle et ça va mieux. Et quand je lui dis de se méfier des choses que donnent les inconnus, ça pourrait être du poison après tout, il me regarde les yeux ahuris : "Mais maman, aucun parent ne donnerait du poison à leur enfant!" - et il tombe des nues quand tu lui dis que tout le monde n'est pas comme lui...

La trahison, le mensonge, l'hypocrisie... c'est tout autour de nous, mais pas en nous... et c'est difficile. Même pas encore 8 ans et mon fils a déjà beaucoup pleuré depuis son entrée au CP, il y a juste un an, et tout ça... à cause des autres. Ça ne l'empêche pas de se présenter aux élections des délégués : "Maman, je veux aider ceux de ma classe à faire leurs devoirs!"

Bien sûr, A c'est pareil, mais elle a 5 ans, est bien entourée d'une maitresse bienveillante, et puis c'est une fille, si elle pleure on ne va pas la traiter de mauviette. Il n'empêche que j'ai un rapport journalier sur les "4 violents" de sa classe, elle est contente quand ils ont été calmes, elle est désespérée si la maitresse a dû intervenir dans leur bagarre...

A pleure aussi dès qu'on mange de la viande : elle ne veut pas qu'on tue les animaux. D'ailleurs, on ne mange plus de veau ; si par malheur il y a du veau dans son assiette, elle aura une grosse crise de larme parce "Je voulais pas qu'on tue le veau, je voulais qu'il vive avec sa mamaaan!"
[Moi même étant sensible sur ce sujet, je cuisine très peu de viande]

Et puis, il aurait fallu nous voir, tous les trois devant "Un jour sur Terre" : l'extase devant des oisillons qui apprennent à voler, devant les plumes magnifiques de certains animaux, devant l'ingéniosité de certains autres... et puis églatant en sanglot tous les trois devant des ours polaires qui subissent la fonte de la calotte glaciaire... C'était censé être un documentaire animalier, pourquoi on a utilisé tant de mouchoirs!?

Et les infos, n'en parlons pas, je ne les regarde plus.

Y'a aussi ma très chère belle soeur, l'incarnation de l'égoïsme et de la méchanceté qui en découle, qui a décidé que j'avais tous les torts [Bon, en même temps, comme tous les égoïstes, elle pense que si t'es pas comme elle t'es une c***... C'est p'têt bien qu'elle ne m'aime pas, non? Ça prouve au moins que je ne suis pas comme elle.] - et donc ma belle soeur envoie régulièrement des pics sournois et perfides, alors que je ne lui parle pas, je ne la vois pas, je l'ignore totalement... S le ressent, il m'a déjà dit qu'il préférait rester chez nous plutôt que faire une soirée chez elle [Quand on sait que S aime beaucoup les soirées, s'amuser, se coucher tard... ben tu sens qu'il n'apprécie pas le comportement de ma belle soeur!]. Et pourtant, il y a quelques jours, il a demandé à son père si on le l'inviterait pas à l'occasion, parce que "c'est notre famille" ...

Bon, à côté de ça, je lui ai dit ce matin qu'il y aurait du gâteau au chocolat à la cantine, il a hurlé "C'est le plus beau jour de ma viiiie!". La vie d'hypersensible, c'est pas si pourri que ça, on sait aussi se contenter de tous petits bonheurs, et rien que pour ça, ça en fait de nous des êtres à part.

10922417_629691437141473_8048158540149472303_n

Posté par thebamsfamily à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

02 août 2015

Bonnes vacances -

bonnes-vacances

De retour le 10 août... ou peut-être le 11 ! Adios amigos !

Posté par thebamsfamily à 08:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mai 2015

Le jour où j'ai lutté contre une pervers narcissique.

(Enfin, je lutte encore! 5 ans sans la voir et apparemment, ce n'est pas suffisant!)

D'abord, qu'est-ce qu'un pervers narcissique?
Il, ou elle, veut "se mettre à l'abri des conflits internes (...) en se faisant valoir au détriment d'un objet manipulé." (Je cite Racamier)
Il choisit sa victime, la manipule, la rabaisse, la dénigre, la complimente aussi, souffle le chaud et le froid, est passif-agressif ... tout ça dans le but d'échapper à ses démons intérieurs (à savoir, un ego fragile).

Le PN choisit souvent son conjoint comme victime, mais on peut aussi le rencontrer dans les relations amicales, comme ce fût mon cas.

Phase 1

* Le PN d'abord te séduit. Incroyable : cette fille avait les mêmes goûts que moi! A partagé les mêmes expériences! Avait le même prénom que moi aussi, c'était une coïncidence mais c'est comme ça qu'elle a commencé la conversation. Elle avait aussi, comme la vie est bien faite, les mêmes projets, les mêmes envies, les mêmes buts.

* Le PN est là pour toi, au début. La manoeuvre est simple : d'abord on t'attrappe et on te retient un certain temps, comme ça tu es "accro". J'ai eu des cadeaux sympas à mon anniversaire ou à Noël, on se souvenait quand je passais un examen médical et on m'envoyait un SMS, on prenait de mes nouvelles, on discutait pas mal de choses et d'autres, on écoutait quand je parlais.

Phase 2

* Arrive un temps où tu as quelques doutes. Le PN critique sans en avoir l'air, du style elle sortait une petite boutade mais en rigolant, puis se justifie en disant "Qui aime bien châtie bien". Une fois. Deux fois. Cinq fois... Au bout de la 17e vanne en une soirée, c'est entré insidieusement dans ton esprit, et pourtant tu n'arrives pas à mettre le doigt sur le "petit quelque chose" en toi qui ne va pas, ce petit malaise que tu ressens sans pouvoir l'expliquer - généralement, à ce stade, tu te dis que tu débloques.

* Le PN sait rester flou sur certains sujets, voire change de sujet, évite certaines conversations. "Tourner autour du pot" était un euphémisme quand "ma" PN parlait de ses problèmes. Elle tournait tellement que ça te filait le mal de mer. Elle disait sans dire, c'est frustrant, tu finis par te demander si t'as bien compris.

* Le PN sait aussi se placer en victime. C'est d'ailleurs ça qui fait que j'ai eu de gros doutes jusque très tard sur sa personnalité : elle avait l'art et la manière d'être une victime, et donc toi tu l'écoutes, tu la plains, tu lui donnes des conseils. "Ma" PN, qui pour des raisons pratiques sera dorénavant surnommée "Conn*sse", avait des problèmes de couple, et ne se gênait pas pour mettre la faute sur le dos de son conjoint (qui pour son malheur, avait tendance à être impulsif et colérique). Il a fallu des vacances avec eux pour assister à ses mainipulations et réaliser que son conjoint en était victime aussi. (Attention, je dis pas non plus que son conjoint était un saint, il avait ses torts ; mais en tout cas pas autant qu'elle le faisait croire.)

* Le PN ment. Oh, pour pas grand chose au début. Je pars faire des courses avec Conn*sse, et son conjoint l'appelle lorsqu'on est au rayon légumes, afin qu'elle achète également des Danette à la pistache. Au téléphone, elle lui dit d'accord, mais à peine avoir raccroché, elle m'annonce qu'elle n'en achètera pas. Pourquoi? Son conjoint va en manger un, peut-être deux, mais les deux ou trois autres yaourts finiront à la poubelle. Pourquoi lui dire oui au téléphone, dans ce cas? Elle lui dira en face, c'est mieux, me répond t-elle. Une fois rentrées, son conjoint demande si elle a pensé aux yaourts. Sa réponse (avec un air contrit) : "Oh! Y'en avait plus en rayon!"

* Le PN prêche le faux pour avoir le vrai. Conn*sse m'annonce début octobre qu'elle a fait un test de grossesse négatif. S'en suit une conversation où je la rassure, il faut du temps parfois. Début novembre j'apprends qu'elle est enceinte de 7 semaines. J'ai fait Littéraire mais je sais compter, hein. La seule explication, c'est qu'elle a souhaité voir ma réaction. Mais dans quel but...?

* Le PN est égocentrique. Un mois après, c'était à mon tour de lui apprendre ma grossesse. Elle m'a répondu qu'elle était consternée : elle aurait aimé être la seule personne enceinte dans notre entourage. Je n'ai pas trop compris pourquoi, mais j'ai supposé qu'elle aimait les attentions et que j'allais lui voler un peu la vedette.

* Il y a une différence entre le discours et les actions du PN. Quand j'ai commencé à avoir des doutes, Conn*sse m'a assuré que j'avais "un complexe de persécution." J'ai eu à la fois un discours rassurant ("Mais non tout va bien!") et des invitations annulées.

* Le PN aime semer la zizanie. Devine avec qui Conn*sse s'est liée d'amitié? Ma Belle-Soeur chérie! Devine aussi qui a critiqué (dans son dos) ma Belle-Soeur à moi, et moi (dans mon dos) à ma Belle-Soeur? (Et qui, par la suite, nie avoir dit quoi que ce soit.)

* En parlant de nier : le PN arrive à nier l'évidence-même. Conn*sse se place à nouveau en victime. Je n'écoute plus vraiment à ce stade, alors elle me parle "d'idées noires", "d'arrêter la souffrance", tout le champ lexical du suicide, sans le dire bien sûr. (cf plus haut, elle tourne autour du pot). T'as quand même les boules parce que tu culpabilises au cas où ce serait vrai ; et comme elle prétend n'avoir personne à qui en parler, tu lui conseilles d'aller voir un spécialiste. La semaine d'après, tu prends des nouvelles... Et là, revirement de situations : ses problèmes? quels problèmes? dans son couple tout va bien! tellement bien qu'ils ont décidé de faire un enfant! quel psy? elle n'a jamais parlé de quoi que ce soit! c'est moi qui ai un problème, c'est moi qui devrais voir un psy! (...)

Phase 3

* Quand tu décides de t'éloigner, le PN redevient tout sucre tout miel. C'est de la manipulation encore, ni plus ni moins. C'est à ce stade que je suis partie, que je l'ai virée de tous les réseaux sociaux, de mes numéros, et je la virerais bien de ma mémoire si c'était possible mais ...

* Ma très chère PN se fait passer à nouveau pour une victime (et oui le problème vient de moi!) à toutes les personnes que nous avons en commun. Comme par hasard, elle était capable de dire d'un côté qu'elle essayait d'arranger notre petit problème, que c'était moi qui étais "un mur" ; pendant qu'allègrement elle m'insultait de l'autre côté, n'hésitant pas à me rabaisser sur des sujets sensibles.

* Bien sûr, dans ces moments-là, toute la perversité du PN prend forme : elle n'hésite pas à mentir, à me faire dire des choses que je n'ai pas dites, à inventer des excuses sur son propre comportement, à prétendre que je gifle des gens, alors qu'elle a toujours été là pour moi, elle n'a pas hésité à créer une histoire où on l'aurait arrêtée en pleine rue, la personne était soit-disant psy, et outrée de la façon dont je traitais mon fils! Quand tu lui demandes le nom de cette personne, était-elle blonde ou brune? où était-elle lorsque ça s'est passé? elle change de sujet...

La seule chose à faire avec un PN : fuir!

Ce qui n'est pas chose aisée, car si tu peux effacer des noms et des numéros de téléphone, les souvenirs, eux, sont plus difficiles à éradiquer.
Avec le temps et la distance, il est tout à fait possible de retrouver une vie "normale", saine et sans drame.

Mais dans mon cas ... Une personne croit Conn*sse : ben oui! ma Belle-Soeur!
On a eu 6 mois intensifs où les critiques sur moi allaient bon train (sans citer mon nom, je rappelle que quand on est PN tout est sournois et vicieux) (et pas très intelligent) ; puis une période plus calme où j'ai failli ouvrir le champagne et sortir les cotillons. Sauf que les PNs, comme les mauvaises herbes, ne meurrent pas si facilement : c'est reparti!
Quand tu sais que ça fait 5 ans, 5 ans bordel!, ben tu te dis que le jour de son autopsie, le médecin va découvrir beaucoup de noirceur...

bams

 

Posté par thebamsfamily à 18:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 avril 2015

Ma Belle-Soeur et moi -

Si tu aimes l'anglais, ou si tu es angliciste, tu sais que "BS" est une insulte.
Et comme par hasard, c'est aussi les initiales de "Belle-Soeur" ! Incroyable, non?
Enfin, dans mon cas, je ne pense pas que ce soit une coïncidence...

Ma BS est enfant unique et a été élevée au rang de déité par sa mère - même le père a été éjecté dès le début - Ma BS a donc l'habitude de claquer des doigts et que ce soit «normal» ; elle m'a largement inspirée pour l'article sur les gens à l'égo surdimensionné : égocentrique, grande gueule, orgueilleuse... et le respect des autres? Elle connait pas. Elle n'aime qu'elle - ou les gens qui la flattent, quoi.

Donc, si tu me connais un p'tit peu, tu sais qu'avec moi ça ne passe pas, puisque je ne suis pas du genre à flatter, à caresser dans le sens du poil, ou à être hypocrite.
En fait, dès le début, ça a été un genre de compétition avec moi (j'ai rien demandé, hein) - et je ne savais pas trop pourquoi... jusqu'à ce que je sache qu'avant de rencontrer mon beau-frère, elle aurait aimé appeler son fils S ! Forcément, lorsqu'elle a connu mon beau-frère, puis très rapidement B et moi, S avait déjà 10 mois... Je lui avais "volé" son idée de prénom !

Et puis, B et moi sommes à peu près au même niveau que Beau-Frère et Belle-Soeur : ils ont acheté une maison quand on faisait construire la nôtre ; on a été enceinte presque en même temps (A a un mois de plus que son cousin) - la comparaison est facile.

Moi bien sûr, tout ce qui importe, c'est de progresser, qu'importe la vitesse... Mais ma BS, tu penses bien, a la comparaison facile - et a la fâcheuse tendance à penser que l'herbe est plus verte chez nous. D'où certaines réflexions/bouderies, que je comprenais mal au début (mais qu'avais-je fait!?) avant de réaliser que c'était une fome de jalousie. (Par exemple, quand elle me critiquait sur le fait que je ne dévoilais pas la prénom d'A avant sa naissance, il fallait comprendre qu'elle rêvait d'une fille et qu'elle attendait un garçon) (ouais je sais, c'est tordu, mais elle voulait être la star et moi j'annonçais les nouvelles de ma grossesse un mois avant elle, ça venait p'têt gâcher le plaisir de sa propre grossesse) (Et puis après, A a marché juste avant son fils, c'est la course aux cadeaux de Noël, à celui qui aura le plus beau bulletin, etc) (Et moi je suis devant, je lui fais de l'ombre) (Ça fait beaucoup de parenthèses, je sais).

Bref, j'te fais pas un dessin (parce que je sais pas dessiner en plus) mais au lieu de vivre sa vie, à son propre rythme, elle regarde toujours chez nous et elle est aigrie.

Faut dire que non seulement je ne flatte pas bassement les gens (ne flattant pas son égo, du coup), mais lorsque j'ai un problème je ne suis pas du genre expansif (plutôt du genre à régler mes problèmes seule) et quand bien même j'ai besoin d'un conseil, je ne me tourne pas vers ma BS.
-> aïe aïe aïe, je ne la mets pas sur un piedestal ! Malheur à moi !

Ma BS me considère donc comme "froide", "coincée", je "prends les gens de haut" (je raconte pas ma vie, quoi), et je serais incapable de profiter de la vie, de m'amuser, de lâcher prise... Enfin, ça, c'est ce qu'on dit dans mon dos :

Sans titre 2

(Ou sur Facebook sans me citer) (80 de QI j'te dis)

Face à moi? On ne dit rien.

Je n'ai jamais eu une relation saine avec ma BS même si on reste polies.
Depuis mardi, elle m'a sorti ça sur son profil, à la vue de tous. Et dimanche, elle m'invite autour de l'agneau pascal. WTF ?

Elle espère quoi?

Que je me mette à ses genoux pour que je m'excuse de na pas lui avoir léché les bottes plus tôt ? Elle veut que je craque et qu'on s'engueule devant des petits fours ? Que j'explose, que je révèle une partie de moi cachée de tous devant témoins ? (Les témoins étant mes beaux-parents en plus, quelle belle cour... pas magistrale pour le coup!). Vu qu'elle m'a aussi inspirée pour les fouille-merde, veut-elle de la chair fraîche pour se repaître ? Elle pourrait médire sur moi en expliquant avec moult détails ma colère, les gros mots que j'ai prononcés ? Elle ajouterait deux-trois détails sordides genre bave au coin de la bouche ? Ça lui servirait de commérages pour les cinq ans à venir ? «La fille calme qui dit avoir la tête sur les épaules est en fait une hystéro-parano» ; «Elle qui se prend pour la reine du monde n'est pas parfaite!» ...?

J'espère annoncer dans le prochain article que le repas de dimanche ne s'est pas terminé dans un bain de sang.
Déjà qu'on ne fait plus de sorties avec eux ; que les vacances de l'année dernière au Cap d'Agde étaient les premières et les dernières avec eux, et uniquement pour faire plaisir à une partie de la belle-famille qui voulait nous voir ; que je ne lui donne plus les vêtements trop petits de S pour ses deux garçons ; etc (...)

Mais bon, j'ai quand même préparé les chocolats de Pâques pour les neveux ...

paques

bams

Posté par thebamsfamily à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mars 2015

Les sorties foireuses.

Salut mes p'tits loups. Ça faisait un bail... Je vous ai laissés en bonne compagnie du brookie, mais je vous manquais, non? Comme souvent, j'ai une excuse à ça : Windows nous a plantés.
Enfin, il m'a plantée, moi, seule, quand B était au travail, et j'ai tenté avec mes petites mains de redémarrer l'ordinateur, de ré-installer Windows - ce traitre - mais apparemment, je me suis plantée aussi.

Me faire ça à moi, qui étais à deux doigts de regarder le 1.08 de Better Call Saul...

Du coup, jai réalisé qu'à chaque fois que je tentais quelque chose, ça foirait.
Par exemple, la dernière fois, j'avais dit qu'on irait sur la côte voir la marée du siècle (la prochaine de cette envergure étant en 2073, l'année de mes 90 printemps, je pense à juste titre que je ne la verrai pas.) Or, ils ont annoncé un temps pourri, donc on n'a rien fait. Ensuite, j'ai vu quelques photos sur le journal local, certaines avec des nuages, d'autres avec des coins de ciel bleu. Rageant, n'est-il pas?

Je me suis dit : "Pas grave, la sortie est juste reportée. On n'aura pas vu la marée mais on peut toujours prendre un bon bol d'air lors d'un prochain week-end." Et puis ce week-end... ils annoncent de la pluie.

On pourrait tenter d'y aller tout de même, défier la météo, mais on a déjà essayé une fois, il y a deux ans, selon mon idée encore. On espérait voir un rassemblement de cerfs-volants. Après deux heures de route, on est arrivés sur la côte, on a pris cette photo, puis ça a été l'averse, on est rentrés...

SAM_1311

Bien sûr, comme c'est moi qui propose, c'est moi qui culpabilise.

J'essaie toujours de ne pas prendre en compte tous ces exemples négatifs et continuer à proposer/organiser des sorties ; donc pour le mois de mai j'ai discuté avec B de Color Me RAD.

9d36b459-6a2f-492b-b674-4819fda63834

Ça l'interessait aussi, j'ai envoyé un mail à l'organisation pour savoir si des enfants de presque 5 ans et 7 ans pouvaient y participer, et oui! Alors, pleine de bonne volonté, je nous inscris à 4, en me disant que ça va être sympa et qu'on va s'amuser. Après avoir rempli les formulaires, on souhaite payer... et ça ne marche pas. On a eu un mail de confirmation avec un numéro, donc je me dis que c'est (presque) bon, non?
Mais voilà, après avoir demandé ce qu'il fallait faire, l'organisation me répond que inscription non payée = inscription non valide ; d'ailleurs je n'aurais pas dû recevoir de mail avec un numéro!
Tout le dossier est à refaire.

On se dit, vu qu'il est tard, qu'on remplira à nouveau ce fichu formulaire du lendemain... et Windows plante. J'attends B pour qu'il règle ce problème, mais à nouveau, je me dis qu'à chaque fois il y a un "truc". Pas très grave, mais là je commence à douter : et si c'était des signes qu'il faut que j'arrête d'organiser des sorties? Et si je restais chez moi? (Il ne pourrait plus rien m'arriver puisque je ne ferai plus rien.) Ou alors je m'évertue, quitte à butter contre des murs?

J'aime bien sortir, j'en ai besoin (je ne sais plus qui a dit "Le quotidien c'est bien, mais pas tous les jours") mais à chaque fois quelque chose, quelle qu'elle soit, vient enrayer le système d'exploitation 'sortie' (Pardon pour la métaphore informatique, mais je suis en plein redémarrage) J'ai toujours la bizarre sensation qu'il faut lutter pour obtenir ce qu'on veut... même avec un simple resto (Souviens-toi, même un resto en amoureux est problématique avec A qui nous avait fait la gastro). Lutter pour les choses importantes, oui, mais pour des sorties...? qui sont censées te faire plaisir, mais pas te stresser à chaque fois...?

Edit : maintenant que Windows a redémarré (par mes soins, youpi!), on a retenté pour Color Me RAD : ça ne marche toujours pas...
Entre les enfants malades, les bugs informatiques, le mauvais temps, j'aurais pas le mauvais oeil moi?

bams

Posté par thebamsfamily à 10:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2015

P.R.I.N.T.E.M.P.S

Je crois que chaque année, j'ai envie d'écrire sur le printemps. Mais comment ne pas se sentir de bonne humeur et recharger ses batteries quand on voit ça :

arbre

Au lieu de conduire S à l'aïkido en voiture, puisqu'on n'avait pas l'excuse du "il fait froid", on a décidé d'y aller à pied ; certes on met au moins 15 minutes mais on coupe à travers le parc, à une heure entre chien et loup. On a fait deux-trois fois le trajet l'hiver, dans le noir total et tu flippes dans ces cas-là. Mais au printemps, tu sors tranquillement ton téléphone pour prendre quelques photos.

C'est aussi l'occasion de tester deux nouveaux produits dans ma salle de bain :

creme

eaumic

... et de manger de la glace :

glace

Non, j'déconne, chez les BAM'S, la glace on en mange l'hiver aussi. Les dingues.

Ceci dit, des fois on mange sainement aussi.

soignon

(Pourquoi ils ont planqué ça en haut des rayons? C'est super bon)

On a aussi nettoyé le terrain, enlever les gravas de notre nouveau garage, balayé la terrasse... Et même qu'hier, c'était la première fois que je me garais entre nos nouveaux murs, que j'ai réussi ma manoeuvre du premier coup, même que la voiture était droite, et que j'ai ouvert la porte d'entrée en ne disant pas "bonjour!" mais en me la pétant un peu. (Il fallait aussi que je le note sur mon blog car cet exploit ne sera sûrement pas renouvelé ; d'ici quelques temps, je mettrais 10 bonnes minutes pour me garer, cinq manoeuvres seront nécessaires, et je maudirais la bordure du trottoir)

Voilà voilà, à moi quelques épisodes de la nouvelle série du moment : Better Call Saul.
Cet après-midi (ou demain?) je me lance dans le brookie (Tu ne connais pas? Reviens par ici dans quelques jours, je mettrai la recette)
Et je vais essayer de motiver B pour aller à la mer ce week-end. On ne va quand même pas louper la marée du siècle non? --> explications ici

bams

 

Posté par thebamsfamily à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2015

Les fouille-merde.

Difficile de trouver un terme plus "convenable"... J'ai tenté de mettre en titre : "les commères", ou "les amateurs d'histoires à la Dallas" [ton univers impitoya-a-bleuh], ou même de reprendre "les langues de vipères" , mais les fouille-merde sont pires que les trois réunis!

Un fouille-merde, t'en connais au moins un ou une. Ça fourmille de partout, il faut dire.

On est tous un peu curieux par nature, même si c'est un vilain défaut à ce qu'il parait. Mais parfois, c'est pour la bonne cause : prendre des nouvelles, chercher à savoir comment font les autres pour trouver une solution à notre problème, se comparer pour se rassurer, voir ce qu'on peut faire ou au contraire ce qu'on ne doit pas faire... De toute façon, la curiosité est humaine, alors autant qu'elle serve à quelque chose de positif.

Les fouille-merde, eux, ne cherchent que le négatif qui est en nous, au détriment de nos qualités. Ils prennent un malin plaisir à toujours tirer les autres vers le bas/remuer le couteau dans la plaie/chercher la p'tite bête.

Comment?
En faisant des réflexions, bien sûr.

Tu pourrais citer le discours d'un Prix Nobel de la Paix slashé à un Prix Nobel de Littérature qu'il - le fouille-merde hein, pas le Prix Nobel - te dirait encore que ce que tu dis est immature.
Tu insérerais une ou deux citations de Gandhi ou de Martin Luther King qu'il te répliquerait que la couleur de ta chemise ne te sied pas.

Cherche pas à argumenter : t'auras toujours tort. Quoique tu fasses, tu es dans son colimateur, et pour être honnête : tout le monde est dans son colimateur.

Ils ressemblent donc étrangement aux langues de vipères, qui je le répète ne sont pas assez heureux dans la vie pour profiter de leur vie tranquillou sans gêner les autres. Effectivement, si tu es heureux, tu passes tellement de temps à aimer les petits moments de bonheur que la vie t'offre que déjà la journée, la semaine, l'année, ont passé. En tout cas, si tu es assez confiant en l'avenir, sûr de toi et bien dans tes baskets, tu fais face aux petits problèmes sans forcément trouver que l'herbe est plus verte chez le voisin.

Les fouille-merde, c'est pareil, sauf que pour eux le commérage est aussi un passe-temps, limite jouissif. Par exemple, je connais quelqu'un [la fouille-merde de mon entourage, donc] qui est en couple, avec deux enfants, qui a du travail et qui part en vacances, bref : ça va quoi. Pourtant, est-ce dans son caractère? est-ce génétique? ou est-ce un sport national bientôt homologué par la fédération internationale des Jeux Olympiques? mais elle fouine toujours chez tout le monde [y compris chez moi], juste "comme ça". Ensuite, dès qu'elle a fouiné dans toute ta vie, qu'elle a remonté dans ton arbre généalogique, qu'elle a tout bien analysé, catalogué et étiqueté, elle parle de toi aux autres [Et elle parle des autres à toi]

Tu connais le proverbe : "C'est dans le besoin qu'on reconnait ses amis". Ça me parait évident que quand tu es dans une situation délicate, beaucoup partent et peu t'aident. Cependant, de ceux qui restent, méfie-toi : il y a encore du tri à faire. La parano que je suis te dirait qu'il ne faut faire confiance en personne, mais je vais tout de même t'accorder que certaines personnes peuvent t'aider à remonter la pente sans arrière-pensées. C'est comme pour les extra-terrestres et les fantômes, j'en ai jamais vus, mais je laisse le bénéfice du doute quant à leur existence. Ceux qui sont à tes côtés quand ça ne va pas, observe-les bien : y'a pas un ou deux fouille-merde parmi eux?

Comme les vautours, ils repèrent la chair fraiche à des kilomètres. Et pourquoi tu déprimes? Qu'est-ce qui s'est passé? Et t'as fait quoi? etc. 50 questions plus tard, où toi tu t'es confié parce que ça te fait du bien, tu réalises qu'au final ils savent tout de ton problème, et bientôt ton entourage complet sera au courant. Et si cette situation te semble intolérable, attends-toi à pire quand tu te prendras une gifle réflexion (souvent mielleuse, au demeurant). Je crois que certains fouille-merde sortent le pop-corn lorsqu'ils voient une dispute se profiler à l'horizon.

Ne t'inquiète pas : généralement, quand tu fouilles la merde, tu finis par tomber dedans jusqu'au cou.

Les fouille-merde ont des amitiés-éclair, basées sur la lie des sentiments humains. Et puis, appelle ça "le karma", ou "le destin", ou "le hasard", mais quand ta personnalité est assez vile et basse, tu attires ce genre de personnes. L'ironie du sort, c'est un fouille-merde qui râle parce qu'il a été pris à son propre piège.

images

"La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même
et qui naît de lui-même"
(Shakespeare)

bams

Posté par thebamsfamily à 14:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 janvier 2015

❄ ❄ ❄

Quand il fait 5°C et qu'il pleut : "Fait froid!!!" [langage édulcoré]
Mais quand il fait 0°C et qu'il neige : "C'est trop génial, j'irais bien me faire une balade de 7 kms juste pour le fun!"

Ce matin, on a donc chaussé manteau, écharpe, bonnet, gants... et A m'a demandé des skis.

Bon, chez moi, y'a pas de montagnes et c'est tout plat, des bottes suffisent!

Et le parapluie aussi.
Si tu es encore mal réveillé malgré les doigts qui piquent, tu peux utiliser mon astuce [rapide et pas chère] : fermer le parapluie le temps de traverser la cour de l'école pour ne pas éborgner quelqu'un [ma bonté me perdra], décider de mettre ta capuche le temps de quelques pas, te prendre de la neige sur la tête. [Oui, je suis un boulet avant mon café]

neige4

❄ ❄ ❄

neige5

❄ ❄ ❄

neige3

❄ ❄ ❄

neige1

❄ ❄ ❄

neige2

bams

Posté par thebamsfamily à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,