Je dis souvent sur ma belle-soeur ou ma belle-mère, mais au final, tous ont un point commun : ils m'énervent ! Et comme fêtes de fin d'année riment avec repas chez eux, je peux te dire que là j'ai été gratinée. Pas moins de trois repas (qui commencent à 12h30 et se terminent minimum à 20h, et encore, on part avant la fin!), sur trois semaines de temps, v'là l'overdose. 2o16, l'année des foutaises !

Ça a commencé le 13 décembre, je dois passer plusieurs heures en face de ma belle-soeur (à l'égo surdimensionné mais fragile) ; je ne savais pas comment réagir face à ses réflexions mesquines et déguisées, et n'aimant pas les drames, je me suis contentée de ne pas lui donner ce qu'elle voulait dans la vie : de l'attention. Ça a marché, puisque même si je n'ai rien dit, elle m'a supprimé de FB (rappelle-toi, ici). Je la revois donc pour la première fois après ce passage, et j'ai eu en plus la chance d'affronter la fille + la mère ! (qui est exactement comme sa fille, les années en plus).
Ma belle-soeur dispose les serviettes pendant que je m'occupe de déballer un truc pour les enfants ... Je conçois que mon "travail" a duré moins longtemps que le sien. Fallait-il pour autant qu'elle apostrophe ma belle-mère en disant bien fort :"T'as vu E. heureusement qu'on est là pour t'aider, parce que..." suite de la phrase incompréhensible, puisque ma belle-soeur se dirigeait vers la cuisine (eh oui rien n'est dit en face!) - quelques secondes plus tard, j'entends ma belle-soeur et sa mère pouffer comme des collégiennes.
Pendant le repas, mon fils joue et dit "C'est un truc de malade!" - répété mot pour mot et avec la même intonation par son cousin, la sentence est sans appel : "W.! Surveille ton langage!" Littéralement 10 minutes plus tard, c'est mon beau-frère qui dit "C'est des conneries", répété à nouveau par son fils ... Tu crois que là il y a eu une réaction? ... Aucune, bien sûr ! Si je déduis correctement : dire les gros mots de papa, c'est pas grave, mais l'expression familière du cousin, c'est non !

A Noël, chance incroyable, nous devions partir tôt, et eux sont arrivés plus tard. Mais un membre de la belle-famille peut en cacher un autre.
Cette fois-ci, c'est la tante. Le couteau de fromage glisse et B coupe un morceau un peu gros. Insère ici quelques réflexions à l'humour délicat : "T'as faim dis donc!" "T'es gourmand", etc. La tante me demande si j'achète du fromage... Euh, oui... "Ah bah c'est parce qu'il préfère le fromage de sa tantine alors!" Et vas-y que j'insiste : "Hein oui c'est meilleur chez tantine? B ! C'est meilleur chez tantine, hein!!?" - Elle m'a fait penser à ces gens qui s'agenouillent devant un enfant de trois ans et qui demandent : "Et tu préfères qui? Ton papa ou ta maman?" Question de merde, vraiment ! Dans l'un ou l'autre cas, tu vas vexer quelqu'un. Du coup B a fait comme il a pu, il a souri mais n'a pas répondu. Mais je crois qu'elle voulait vraiment qu'on lui dise que oui, apparemment, elle cuisine mieux que moi.

Et puis il y a eu hier. Je continue, face à nouveau à ma belle-soeur et à sa mère, a arborer un joli silence. Hasard ou pas, elles ont été gentilles. Oui, ma belle-soeur m'a souri, m'a dit bonjour, m'a même parlé. Et puis le chien des beaux-parents a profité d'une porte mal fermée pour s'échapper, et il a fallu la poursuivre pendant près de deux heures. Bon, ça, encore, ça fait de l'anecdote à raconter au coin du feu.
Non, le truc c'est les réflexions mielleuses. Ma belle-soeur et même mon beau-frère sont du genre à ne rien dire en face, mais à critiquer dans ton dos ; ou alors, technique hypocrite des gens au QI d'huître, à dire quelque chose en rigolant. Mais c'est dit quand même ...
Du style, leur fils vient de perdre ses deux premières dents de lait ... ma fille en a perdu 6. Mon beau-frère : "Tu tires sur ses dents pour qu'elle ait des sous par la petite souris, c'est ça? LOL!" Ça a été plus fort que moi, j'ai répondu "Nan je lui donne à manger des parpaings." Ou, quand je dis que je ne mange pas de viande, je parle des différences, végétariens/végétaliens/etc, et je précise même que mon frère est végétalien : "Ah mais en fait, vous aimez bien faire chier dans la famille! LOL!" Ah oui, je suis effectivement mort de rire face à ce commentaire poilant de mon style de vie. Et mon beau-frère de se tourner vers ma belle-soeur et de lui présenter le plat de rôti : "Tu prends de la viande, toi?" - "Ah oui, je mange de tout, je ne suis pas difficile!" Voilà voilà.

Encore une année où rien ne change... Enfin, à ce stade, on peut dire que toute leur vie, rien ne changera...

11921647_1021833311184740_1067755652959839951_n

bams