Chaque vendredi, je pars faire quelques brasses à la piscine municipale. Ça fait pourtant un petit moment que je n'y étais pas allée (fatigue, pas de motivation lorsqu'il fait froid, vacances de Noël puis piscine fermée pour cause de nettoyage...). L'idéal, ce serait d'avoir une piscine privée, couverte de préférence pour les mois d'hiver. Mais le jour où j'aurai gagné au loto est encore loin. En plus, je ne joue pas au loto.

Avant de partir plus loin dans mon explication, il faut te l'avouer : je nage bizarrement. Moi je trouve ça tout à fait normal mais au moins 4 ou 5 personnes m'en ont fait la remarque, donc je commence à croire que ce n'est pas habituel, une fille qui fait de la brasse avec les bras, mais bouge des pieds en ciseaux, comme pour le crawl. Il n'y en a qu'une qui fait ça, et c'est moi!

Ça n'a pas échappé au maitre nageur qui m'a demandé plusieurs fois pourquoi je ne faisais pas des mouvements de brasse avec les jambes aussi, mais pour moi c'est naturel. Difficile de l'expliquer, donc.

Je ne mets pas non plus la tête sous l'eau, même si théoriquement j'y arrive. Mais mes yeux piquent pendant plusieurs heures, même après une douche, donc j'ai abandonné.

Chaque semaine, pourtant, le maitre nageur enchaine son bonjour sur un "toujours pas de lunettes?" puis, "vous voulez pas essayer de nager autrement?". A force, c'est lassant et j'aimerais qu'il me laisse un peu tranquille. Lui insiste ("pour travailler aussi les triceps") et je lui dis toujours gentiment merci mais non, en fait. Aujourd'hui, il s'est assis sur le plongeoir et a attendu que je finisse une longueur (tout en me regardant, de quoi me mettre mal à l'aise...) pour m'expliquer deux ou trois mouvements.
J'aimerais lui expliquer que nager comme ça me vient sans réfléchir, qu'essayer autrement m'oblige à me concentrer mais qu'indéniablement je finis par m'emmêler les pinceaux (ou les pieds). Or, je ne viens pas à la piscine pour réfléchir, bien au contraire.
Mais pourquoi insiste t-il? Et pourquoi moi?
Sans pour autant trouver ça drôle, j'ai fini par me dire qu'il devait me sentir réceptive. Je suis polie, je souris, je ne l'ai pas encore insulté... Techniquement, ça m'arrangerait qu'il ne me parle plus, qu'il me laisse glisser dans l'eau seule, sans utiliser mes triceps, à me vider l'esprit. Mais voyons le côté positif : je dois donner envie qu'on vienne me parler.

eau